Chapitre 3

Chapitre III

Je regarde à droite, puis à gauche de chaque côté du couloir vérifiant que personne n’erre, ni ne m’épie alors que je suis sur le point d’entrée dans la Bibliothèque. Pas âmes qui vivent. Posant mon regard sur les lourdes portes qui me sépare du centre de connaissance que ma famille à assembler et gardent depuis un millénaire, je prononce les mots qui les ouvriront, Ar elmë met en-hir Avallónë qui signifie « Et nous nous retrouverons à Avalon. » En Quenya du Haut-Elfique. Tolkien a dû avoir un excellent professeur dans les langues du beau peuple, qu’il a soi-disant inventé pour ses œuvres littéraires. C’est une langue musicale et belle, si je le pouvais je jetterais un sort qui ferait tout le monde à Éden puissent la parler, mais je n’ai pas envie d’avoir la population se pointer sur mon porche fourche et pioche en mains me réclamant d’inverser la malédiction… eh oui être la seule sorcière dans le coin peut-être mauvais aussi. Mais ces jours-ci je ne suis plus la seule sorcière à Éden, Revive est là et je pense que sa marâtre également. Il faut que je la trouve et la questionne sur ces intentions.

Les portent s’ouvrirent lourdement, le grincement des gonds mal huilé résonna dans le couloir. Je pénètre l’immense salle qui est artificiellement plus grande que le manoir Frost par le biais de la haute magie, la branche dédiée au temps et à l’espace. Il m’est arrivé de m’être perdue entre les rangées de livres et de parchemin quand je n’avais que l’âge de Revive. Je ne viens pas souvent dans cet endroit, il me rappelle des souvenirs de mon enfance alors que j’étudiais les bases de la magie, créer un sort de A à Z, comment me servir de la source collective du cercle de sorcières dont je suis issue pour ne pas être toute raplapla après avoir incanté le dit sort ou encore apprendre comment devenir une guérisseuse qui se sert de la mana des Ley line. Cela n’a pas été simple, entre les punitions corporelles et les privations. Ma mère, Émilia a toujours été stricte et impitoyable dans sa façon d’enseigner. Et me menacer de me bannir parce que j’étais une mauvaise apprentie à l’époque me fichait la frousse. Ma mère a fait en sorte que je sois aussi bonne qu’elle, sauf qu’elle n’avait pas prévu que je développe une morale et une conscience, contrairement à elle. Émilia était une raciste, convaincue que les humains normaux étaient une abomination, un cancer qui rongeait Gaia petit à petit. Cela se reflète sur la façon dont elle à recruter les membres de son cercle, toutes des sorcières partageant son idéologie et capables dans chaque branche de la magie qu’elle estimait importante, ce n’est pas étonnant que le cercle d’Éden à l’époque Pré-Sélection fût considéré le plus influent du continent Nord Américain.

Les lanternes Fae s’allume détectant mon entrée et me guide jusqu’au Cristal central qui en un sens agit comme un bibliothécaire, il fait un mètre de haut et cinquante centimètres de diamètre. Les cristaux vivants sont rares dans ce monde et en avoir un au service dans une lignée magique est un honneur et une marque de prestige, ils n’entrent pas au service de n’importe qui. Au loin je peux voir le cristal sur un piédestal, au sol, des lignes formant des symboles cabalistiques luise dans le noir. Quand j’arrive devant le cristal toute la librairie s’illumine. Des textes apparaissent au dessus du cristal, c’est comme un hologramme dans une de ces séries télé de Science Fiction d’il y a dix ans. Le texte en Elfique est un message d’accueil en Quenya. Le cristal n’a pas de corde vocale et ses seuls moyens de communication sont la lumière et les vibrations. Comme je ne suis pas un cristal, les vibrations ne servent à rien, donc la lumière est notre façon de discutailler.

« Cela fait longtemps, maîtresse Frost. Se pourrait-il que vous daignez enfin prendre votre futur en main ? » C’est ce qui est écrit. Le cristal -Daumurge est son prénom- est assez sarcastique.

« Dau, j’ai besoin d’aide. Pourrait-on enterrer la hache de guerre juste pour cette fois ? » Demandais-je en soupirant ?

Le cristal émit un son strident pendant une seconde, le genre qui peut être comparé a celui de griffes sur un tableau d’ardoise. Très déplaisant. Daumurge n’est pas content. Il est l’équivalent d’un grand-père qui a une grande vision de ce que sa petite fille devrait être. Daumurge m’a vue grandir et gagner en pouvoir et le fait que j’ai absorbé l’essence, la mana et les connaissances du cercle d’Éden en entier a fait de lui un papi insistant pour que je devienne l’arcaniste suprême. Je ne vois pas les choses comme ça. Ce que ma mère a tenté de faire était purement et simplement un acte de Nécromancie pour gagner le pouvoir de ses sœurs, peu importe qu’elle ait eu leur permission ou non. Je ne me servirais pas du pouvoir que j’ai gagné et qui a failli me tuer comme elle l’aurait fait. Ma mère, une grande arcaniste respectée (et redouté) était en fait un monstre. Le fait qu’elle m’est conçue en se servant d’elle-même pour fournir le matériel génétique en est la preuve. Je suis un clone d’Émilia Victoria Frost et je ne veux pas devenir comme elle, une créature possédant une soif de pouvoir, sans limites, qui s’acharne à étendre misère et destruction. Le fait qu’on partage le même visage est déjà insupportable.

« Impossible, tant que vous n’aurez pas accepter votre destinée. Mais vous n’êtes pas venue pour discuter de ça, j’imagine. Que puis-je pour vous, Maîtresse Frost ? » Daumurge daigne enfin coopérer…

« Un tome qui pourrait m’informer comment lever une malédiction runique inscrite dans les chairs d’une victime et un sort qui pourrait retrouver des souvenirs ? » Demandais-je.

Le cristal émit un autre son, celui-ci plus mélodieux que celui d’il y a une minute. Daumurge s’illumina de l’intérieur. Des couleurs bleutée et violacée strient les lignes de l’entité cristalline, c’est le signe qu’il cherche ou pondère quelque chose. Daumurge regagna sa couleur d’origine bleu saphir.

« Avez-vous procédé à une analyse du sort et de la malédiction ? »

« Oui, bien sûr. La rune de l’oublie et de la perte ont été gravée avec un couteau de pierre sur les tempes de la victime. » Répondis-je entre les dents irritées qu’un cristal questionne mon professionnalisme ?

« Avez-vous procédé à une analyse corporelle intégrale ? » Demanda finalement, Dau.

J’avoue que là il m’a bien eu, je n’ai pas regardé si Revive possède d’autres runes sur le corps. Merde. Je perds la main ! Calme, je dois rester calme et ne pas aliéner le méchant monsieur cristal. Attends, Daumurge est un mec ? Ou une femme ? Les cristaux vivants ont-ils un sexe ? Je savais que j’aurais dû majorer dans Monstres et Artefacts, mais non… il à fallu que j’écoute Justine et me lance dans la runomancie ainsi que la manipulation d’énergie magique. Mais cette étude m’aurait amené à maîtrise des potions et de la magie sympathique, je déteste le vaudou et les autres formes de pratique sous cette branche magique. Cependant elle à son utilité. Je me perds, ah oui. Je dois donc aller inspecter le corps de Revive sans qu’elle sans rendent compte.

« Maîtresse Frost ? La victime se trouve-t-elle au sein de la résidence ? Si oui je propose que vous me laissiez l’ausculter, bien sûr de façon non invasive. »

Depuis quand le cristal peut-il intervenir en dehors de cette dimension artificielle ? Cela change beaucoup de chose qu’il puisse faire ça, est-ce qu’il peut nous épier, intervenir dans l’écriture de mes sorts et mes concoctions ? Je décide de ne pas lui demander… car cela m’effraie tout à coup.

« Je… très bien, vas-y. » décidais-je.

« Est-ce la Fée ou la jeune sorcière ? » Demanda le cristal.

« La sorcière. »

Soudainement le cristal illumina la salle tout entière, il émit un vrombissement comme s’il vibrait à basse fréquence. Je pouvais tout voir, les étagères en pierre, les tables en chêne et toutes les allées jusqu’a ce que la lumière devienne trop forte et je fus forcé de couvrir mes yeux avec mon avant bras. Heureusement que je porte ma robe de chambre rose, les manches bloquèrent ma vue avec succès. Cela dura près d’une minute, Daumurge n’émit plus cette lumière qui me donnait la migraine malgré que j’avais les yeux couvert. Une minute passa de nouveau le temps que mes yeux s’habituèrent de nouveau à la l’éclairage normal et que j’arrête d’avoir la vue trouble à cause des larmes.

« Analyse terminer. » Lis-je.

Daumurge fit apparaître une représentation de Revive en trois dimensions taille réelles devant moi, il me fit voir les endroits où les runes sont inscrites et le sort qui embrume son esprit. Les tempes, la nuque, les cotes, les mollets et ces omoplates. Des runes germaniques servent de source de pouvoir pour protéger l’enchantement et qui possède une protection contre toute interférence. Il n’est pas étonnant que mes potions et la manipulation mnémonique de Daiane aient échoué.

« Maîtresse Frost, vous pourrez briser la malédiction sur la jeune sorcière cependant il est impossible de restaurer sa mémoire. L’arcaniste qui lui a infligé cette abomination doit les avoir prélevés et placés dans une fiole ou un récipient capable de contenir de l’essence spirituelle. À moins de récupérer ces souvenirs, c’est impossible. Cette malédiction impaire les capacités magiques de la victime, des problèmes de contrôle de la mana et des migraines intermittentes sont probables. »

Je n’arrive plus à respirer tellement la colère qui bout en moi menace de me faire perdre le contrôle sur mes pouvoirs et l’équilibre magico-spirituel de mon être. C’est comme un intense courant électrique qui parcoure mon corps et qui demande à se déchaîner. La personne… je promets d’annihiler ce monstre qui a infligé cette ignominie à cette petite fille. Mais pour l’instant je dois soulager le fardeau de l’essence vitale de quarante-quatre sorcières qui menace de m’écraser, me rendre folle et de modifier davantage mon corps. J’utilise une barrière spirituelle à l’intérieur de mon enveloppe corporelle pour contenir tout mon pouvoir et ne pas perdre la raison.

Contrôle, je suis en contrôle. C’est moi qui suis la patronne et pas vous. Je pouvais les entendre, mes défuntes sœurs de cercle qui ont pris l’habitude de me parler durant mes phases de faiblesse et lorsque je rêve. Elles me font souvent la leçon sur ce que je fais au jour le jour. Même dans la mort, Émilia trouve le moyen de me pourrir la vie… Mais ce n’est pas important, la barrière met en sourdine leurs voix et commentaires.

« Cela me surprend toujours qu’une humaine puisse contenir tout cette mana brut. Je m’attendais à ce que votre corps se disloque ou change de forme à cet instant. » Lis-je. Daumurge est un vrai connard quand il s’y met. « Je me suis permis de vous faire amener le livre des ombres qui permettra d’oblitérer la malédiction. » Mais toujours aussi efficace, à ce que je vois.

Le grimoire atterrit dans mes mains trente secondes plus tard. C’est un volume assez conséquent de deux mille pages, la couverture en cuir de licorne m’indique que c’est un tome destiné à la magie du sang, une branche de la magie assez proche de la nécromancie pour me faire hésiter. Mais je me rappelle de la situation de Revive et mes doutes s’évaporent.

Après avoir rassemblé le matériel pour procéder à un rituel de purification je me retrouve dans la chambre de Revive. Je m’avance vers son lit et la regarde dormir paisiblement. Un spectacle touchant, je ne pensais pas qu’il aurait fallu une gamine qui dort dans mon ancienne chambre pour éveiller ne serait-ce qu’un brin d’instinct maternel en moi. Et pourtant, je m’étais décidé à ne pas avoir d’enfants, de peur que je leur fasse subir ce que Émilia m’a fait traverser. Je  m’agenouille et a coté de la petite forme de Revive, passe une main dans ses cheveux blonds et me dit que je la préférais en brune. Les yeux de la petite fille papillonnèrent et s’ouvrirent doucement et après quelques longues secondes, elle me sourit.

« Hey. » Dis-je embarrasser.

« Hey. » Répondit Revive la voix enrouée.

Le sommeil est encore lourd et ses paupières se ferme, je prépare un sort qui la renverra au pays des songes dans une minute. La magie circule dans ma main, tandis que je caresse les cheveux de Revive. C’est drôle comme la plus simple attention peut être différente selon l’espèce auquel on appartient.

« Rendors toi, maman voulait juste voir si tu allais bien. »

En bonne petite fille, Revive ferma les yeux. Le sort de sommeil s’empara immédiatement d’elle, sa respiration régulière et le bruit qu’elle fait quand elle ronfle m’indiquèrent qu’elle est bel et bien dans les bras de Morphée. Je me relève et lance un sort de lévitation sur le corps endormi de la petite fille et le fait flotté jusque dans mes bras. Quand je me retourne, je vois Daiane adosser au mur a coter de la porte et qui m’observe avec intérêt. Comme à l’accoutumer ses cheveux sont assortis à sa tenue, elle porte une robe de chambre rose qui cache sa nudité. Je sors de la chambre à coucher sans lui adresser la parole, Daiane posa un doigt sur ma tempe et quelques secondes plus tard inspirèrent longuement. Elle doit sûrement savoir ce qui se trame maintenant et connaître mes raisons, Daiane est la seule personne à qui j’autorise d’entrer dans ma tête, j’aurais tué toute autre personne pour cette invasion.

« Je vais t’aider. » Dit-elle d’un ton qui me dit qu’elle n’acceptera pas que je refuse.

Nous évoluons dans les couloirs sombres du manoir Frost, pour finalement nous arrêter devant la porte de mon labo. Je pose une main sur la porte métallique et décharge la dose exacte de mana qui la fera s’ouvrir. La porte s’ouvrit avec un chuintement métallique qui faillit réveiller, ma petite fille. Les lumières s’allumèrent automatiquement à notre entrée.

*Il serait peut-être temps d’huiler les gons…*

Je confie Revive, à Daiane qui ne ploya pas sous le poids de la petite. Bien que la petite Fée soit aussi légère qu’elle, elle est forte comme un dragon. Daiane alla placer la petite sur l’autel de pierre qui me sert lors de cérémonie et de rituel. Je regarde l’étagère à la recherche de sel, elle est organisée par ingrédients d’origine organique, minérale et rare qui ma foi aurait besoin d’être renouvelée. Une fois que j’ai trouvé le bocal, je l’ouvre et prends une poignée de sel et tourne autour de l’autel pour former un cercle de protection. Une poignée suffit à cela, grâce au pouvoir de l’imagination il est possible de fermer la boucle qui quand elle se fermera tel un circuit électrique se mettra à luire d’une lueur éthérée.

« Daiane Pourrais tu placer ces cristaux autour de l’autel ? » Dis-je en lui désignant du doigt les trois cristaux sur le bureau où est rangé mon livre des ombres.

La petite fée me fit un sourire, fit bouger ces longues oreilles de façon très mignonne et obtempéra. Elle plaça chaque cristal en formation triangulaire autour de l’autel. Je me mis à concentrer une décharge de mana dans ma main et la pointa vers chacun des cristaux qui se mirent à vibrer et émettre une lueur bleutée.

« Daumurge je sais que tu m’entends, pourrais tu me montrer où je dois effacer les marques ? »

Le schéma que Daumurge m’avait montré dans la librairie se superposa au corps de Revive. Daiane entera le cercle magique et déshabilla la petite, tandis que moi je me prépare pour le rituel que j’ai mémorisé. J’ai mes doutes à propos de la magie du sang et avec raison. D’autant plus que je vais devoir supprimer ma barrière spirituelle pour soigner Revive. Émilia et les autres essayeront sûrement de prendre possession de mon corps. Faire cela demandera beaucoup de fortitude mentale, je me mets à inspirer et expirer. J’ôte ma robe de chambre ce qui me laisse en T-shirt, culotte et cinq secondes plus tard je trouve le courage  de  retirer mon collier de rune, celui qui m’aide à contenir et contrôler la mana de mes défuntes sœurs de cercle (dont je conserve encore l’essence et toutes les connaissances). Je sens la mana enfler et submerger mon corps. Des voix de tout timbre se firent entendre jusqu’a ce que je puisse distinguer chacun des individus en train de me parler. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre Émilia en premier.

« Donne-moi le contrôle. » Ordonna-t-elle.

Je la voyais devant moi tel un fantôme venant me hanter, elle est ma copie conforme. Le même visage, les mêmes cheveux, sa poitrine et ses courbes sont tout de même un peu plus voluptueux cacher sous sa robe de grande prêtresse. Je me mis à l’ignorer et concentra la mana en moi pour la cérémonie de purification. Étant donné que nous sommes la même personne avec le même ADN, si je me trompe. Émilia et moi échangerons de place. Mais c’est un risque que je suis prête à prendre. Cependant, il semble que j’ai des alliés, car Janine et Christina apparaissent à mes côtés. Elles m’ont toujours aidé à tenir lors des assauts d’Émilia la première année après le rituel qui a décimé le cercle d’Éden. Les autres comme Miko et Sephira se mirent sur les côtés, signifiant leur neutralité.

« La ferme, Émilia. Hors de mon chemin. » Dis-je calmement.

Elle me répondit avec une décharge de pouvoir qui m’envoya contre la porte du labo. Le choc en déforma le métal. Je me relève sans mal, et avance de nouveau vers l’autel tout en gardant un contrôle firme sur ma mana. Un sentiment indéfinissable s’empara de moi, surtout quand Miko et Sephira convergèrent vers moi et leurs essences s’écoula dans la mienne pour ne faire qu’une, ce fut le tour de Janine et Christina. L’une après l’autre, les autres firent de même. Jusqu’a ce qu’il ne reste qu’Émilia et moi. Elle tenta de m’envoyer valser encore et encore, sans effet grâce aux autres. Une fois face à elle, je décide de faire ce que j’aurais dû il y a bien longtemps. Émilia est un spectre, de ce fait elle possède un nucléus. Un réservoir de magie, une magie qui m’appartient, quand je passe ma main au travers de la représentation spectrale d’Émilia j’écrase son cœur et absorbe mon dû. Je vais donner à Émilia ce qu’elle mérite depuis longtemps, une seconde mort et bannir ces engrammes dans les limbes.

Il semble que mes sœurs de cercle approuvent ma décision. J’eut le plaisir de voir Émilia se dissoudre sous mes yeux et elle de voir le sourire sadique et satisfait afficher sur mon visage. Je remue mes doigts comme pour me débarrasser d’un truc dégueulasse. Le doute dans les yeux de Daiane me choqua.

« Quoi ? Je suis moi ! » Criais-je.

La Fée se contenta de remettre son regard sur la petite et me dire « On n’a pas toute la nuit, Em. »

Toujours à me faire bosser comme une mule celle-là et je paris qu’elle me fera payer de m’être levé du lit aussi tôt. Daiane est rancunière comme ça. Soudain, la réalité de ce qui vient de se passer à l’instant vient enfin de m’apparaître. Je suis libre, je n’aurais plus à subir de bataille intérieure et faire attention à ce que je fais, sortir d’avantage et ne pas m’inquiéter de tuer quelqu’un par accident. Non attendez tout n’étais pas la faute d’Émilia. J’y réfléchirais plus tard, Revive est plus importante en ce moment. Quand je fais un pas dans le cercle il s’illumine davantage et ma peau gagna une couleur opalescente. C’est toute l’énergie magique qui course en moi sûrement. Je sens le regard plein de désir, de Daiane sur moi. Ses yeux qui flattent les courbes de mon corps, mais je pense que c’est davantage ma magie qui se retrouve magnifier qui l’attire. Des fois, oui des fois je pense que c’est ce qu’elle aime le plus chez moi. Daiane ressemble à une addict à ces moments là.

« Le sang appel le sang. » Dis-je distinctement.

Je me concentre sur Revive, sur le sang qui coule dans ses veines et le lien qu’elle à avec sa marâtre. Son sang me servira de médium pour faire un épique retour à l’envoyeur. Une direction que sa vraie mère n’a sûrement pas prise de précaution pour. C’est le risque avec la magie du sang, par une personne ont peut avoir accès à toute une famille et en faire ce qu’on veut. Il y a un peu de magie sympathique en jeu, c’est une branche du vaudou et de la nécromancie. Ce n’est pas souvent que plusieurs branches de magie s’entremêlent ainsi.

Daiane me confia une dague de cérémonie avec déférence, je la remercie et arrête de penser qu’elle se comporte comme un familier. Ce n’est pas son genre.

Je plonge la dague dans la paume de ma main et la laisse s’embuer de mon sang. C’est douloureux, mais je suis habitué à la douleur. Une sorcière digne de ce nom fait souvent ce genre de chose à moins d’être une grosse novice. Et « BAM » c’est le moment de vérité, j’ôte la lame de main et incante « Sana » pour guérir la plaie. Et maintenant je vais devoir faire pareil avec ma petite fille, je vais devoir mêler mon sang au sien pour que ça marche. Je vais me battre pour le contrôle de Revive, remplacer son ADN par le mien (du moins la moitié). L’autre n’aura aucun moyen de nous atteindre par elle.

Je prends la main gauche de Revive et la poignarde, elle se réveille pour être finalement replongé dans le sommeil par Daiane. J’espère qu’elle ne s’en souviendra pas. Transmutation du sang, trop facile. Sans mana cela aurait été impossible, je programme la mana pour qu’elle fasse selon mes désirs et la première chose que je fais est balancer toute la malédiction à l’envoyeur. Cela me fait bizarre de voir Revive comme illuminé de l’intérieur, c’est comme avoir des rayons X qui la traverse. Grâce au schéma superposer de Daumurge je vis les runes et les sigles provoquant le mal chez la petite fille disparaître comme dissoute dans de l’acide. Les runes sur les tempes de Revive disparurent complètement, celle sur la nuque, les côtes également et sur le schéma celles sur ces omoplates fluctuèrent. Signe que le nouveau réceptacle se bat pour ne pas être marqué. Le reste de mes sœurs de cercle ajoutèrent leur grain de sel et la résistance s’effondra comme un château de sable engloutit par une vague. Cette nouvelle aide de la part de mes sœurs de cercle me donna espoir pour le futur.

Mais je n’ai pas encore terminé. Il est temps de faire place à la transmutation et lier la petite à moi de façon définitive. Mais suis-je prête à assumer pareil responsabilité ? Non. Mais je n’ai pas le choix, Revive ne retournera pas avec sa mère qui l’a fait participer à cette charade. Réécrire l’ADN de quelqu’un par magie sans changer leur aspect physique est dangereux et tabou. Cependant, j’ai un cristal intelligent de mon côté qui va me montrer quoi changer au bon moment.

Daumurge me montra, bien plus que je voulais savoir et je décide de ne pas commenter sur le côté paternel de son héritage génétique. Je savais que rien n’est jamais facile, mais la… J’espère que Daiane n’apprendra jamais ce qu’est Revive en partie. Le seul changement que je n’avais pas prévu est la nouvelle coloration des cheveux de la petite, sûrement à cause de mon propre ADN.

C’est fini.

Je ne suis pas étonnée de voir que nous sommes déjà le matin. Quand je regarde le visage apaisé de Revive, je me dis que toute cette affaire en vaux la peine et la tâche sur mon âme également.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s